Prévention du suicide chez les adolescents


 

Prévention du suicide chez les adolescents

Bourzgue Youcef /Université Mostaganem         Oum elkhiout Imane /Psychologue clinicienne

مقال نشر في  مجلة جيل العلوم الانسانية والاجتماعية العدد 40 الصفحة 137.

 

 

Résumé :

Le phénomène du suicide constitue aujourd’hui un réel problème de santé publique، Environ un million de personnes meurent chaque année par suicide dans le monde، ce qui représente une morte toutes les quarante secondes، Aucune région ni aucune tranche d’âge n’est épargnée، il touche toutefois particulièrement les jeunes. Dans cet article، nous tenterons d’identifier le suicide et ses causes chez les adolescents afin d’atteindre des stratégies de prévention efficaces.

les mots clés : le suicide، les adolescents.

Introduction :

Selon René Zazzo  l’adolescence est le passage du statut social de l’enfant au statut social de l’adulte .C’est- a- dire qu’elle variera en durée، en qualité، en signification، d’une civilisation a l’autre et pour une même société، d’une classe sociale a l’autre. Et entre 13 et 18 ans tout est encre possible، c’est l’âge des nouvelles expériences، des choix d’avenir et de prise de risque، rêves، désirs، obstacles et réalisation …

mais malheureusement il y a ceux qui considèrent que c’est l’étape la plus difficile de la vie d’un individu ou Paul Nizan dit « j’avais vingt ans ،je ne laisserai personne dire que c’est bel âge de la vie ». Aussi l’OMS confirme que le nombre de suicides augmente régulièrement depuis les  annees70. Aujourd’hui ce sont prés de 1000 décès par an، pour 80000 tentatives. Le suicide représente la deuxième cause de mortalité chez les moins 20 ans، loin derrière les accidents de la circulation. Si les filles sont plus nombreuses que les garçons a tenter de se suicider، ces derniers arrivent plus souvent a leur fin.

  • Définitions :
    • Le suicide :
      • Emergence du mot suicide : L ‘auteur de Manon Lescaut، L’abbé Prévost ، crée le mot suicide en 1734 il permet d’éviter l’utilisation de périphrase du type « être homicide de soi- même، s’occire soi-même، se meurtrir » le verbe se suicider de part sa redondance se-soi nous rappelle avec insistance que meurtrier et victime sont une seule et même personne.[1] Suicide fut entré officiellement dans le dictionnaire de l’académie française en 1762.[2]
      • Etymologie du mot suicide : Du lat :sui « de soi »et cide d’apr ; homicide :Action de causer volontairement sa propre mort (ou de le tenter) pour échapper a une situation psychologique intolérable، lorsque cet acte ،dans l’esprit de la personne qui le commet ، doit entrainer a coup sur la mort[3].
      • Définition : Le suicide selon Emile Durkheim est tout cas de mort qui résulte médiatement ou immédiatement، d’un acte positif ou négatif، accompli par la personne elle-même et qu’elle savait produire ce résultat.[4] Donc Le suicide est un «acte volontaire et délibéré à l’issue fatale par lequel un individu se donne la mort ».
    • La tentative de suicide : est un «acte volontaire et délibéré à l’issue nonfatale par lequel un individu se cause un préjudice physique ». C’est une conduite ayant pour but de se donner la mort sans y aboutir.
    • Le suicidé: est une « personne décédée par suicide ».
    • Le suicidant : est une « personne ayant tenté de se suicider».
    • Le suicidaire : est une «personne ayant fait le projet de se suicider ou de tenter de le faire».[5]
  • Epidémiologie
    • Dans le mende :

               Chaque année، près de 800 000 personnes se suicident et beaucoup d’autres font une tentative de suicide. Chaque suicide est une tragédie qui touche les familles، les communautés et des pays entiers et qui a des effets durables sur ceux qui restent. Le suicide intervient à n’importe quel moment de la vie et était la 2e cause de mortalité chez les 15-29 ans dans le monde en 2015.

              Le suicide n’est pas le seul fait des pays à revenu élevé، c’est un phénomène mondial. En fait، plus de 78% des suicides sont survenus dans des pays à revenu faible ou intermédiaire en 2015.[6]

  • En Algérie :

             La question des difficultés de l’enregistrement des données chiffrées concernant les suicides reste posée dans notre pays.(Mimouni.M.B، Sebaa.F.Z، Mimouni.M، Djaoui.B، 2010)، au cours de leur travail de recherche et de réflexion، en avaient recensé les raisons suivantes :

  • Les raisons socio-anthropologique: le suicide est vécu comme un acte répréhensible et même « honteux. Les familles occultent le fait pour se protéger de la stigmatisation et préserver leur image de la honte  d’être la famille d’un suicidé »
  • La peur des tracasseries administratives pour récupérer le corps، ainsi que la répulsion، vis-à-vis de l’autopsie، viennent conforter ce silence.
  • Pour les tentatives de suicide، il faut ajouter l’hésitation des patients eux-mêmes a parler de leur acte، ou a l’occulter pour pouvoir oublier et éviter ainsi la stigmatisation en particulier pour les filles. Ces dernières sont encore plus stigmatisée que les homme parce que la première question posée…est : « a-t-elle perdu sa virginité et/ou est-elle enceinte »
  • Souvent، les instituions ne considèrent pas le suicide comme une réalité digne d’intérêt ni comme problème de santé publique. Le corps médical note sur les registres uniquement la cause du décès(hémorragie، crise cardiaque، strangulation…) sans mentionner  « suicide »، ce qui ajoute a la difficulté d’avoir des chiffres fiables.
  • Pas de logiciel a la disposition des services concernés.
  • Peu de communication entre les services médico-légaux et les institution nationales (DGSN، Gendarmerie nationale…ONS etc)
  • Parcellisation des taches( la police fait l’enquête، la protection civile enlève le corps، la gendarmerie a l’extérieur des villes، la police dans les agglomération etc) ce qui rend la collecte des données très difficile ;
  • Enfin، la superstition et la peur du tabou. Evoquer le malheur éveille la peur chez l’interlocuteur qui répond par une formule conjuratoire « b’idech-char »comme si évoquer le mal le rend possible et plus encore، lui donne vie .[7]
    • Le suicide chez les adolescents :

           Plus de 3000 adolescents meurent chaque jour، soit 1،2 million de décès par an dus en grande partie à des causes évitables، selon un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de ses partenaires. En 2015، plus des deux tiers des décès sont survenus dans les pays à revenu faible ou intermédiaire en Afrique et en Asie du Sud-Est.

Les 5 premières causes de mortalité chez les adolescents de 10 à 19 ans en 2015:

Causes des décès

Nombre de décès
Accidents de la route 115302
Infections des voies respiratoires inférieures 72655
Comportements auto-agressifs 67149
Maladies diarrhéiques 63575
Noyade 57125

Les 5 premières causes de mortalité chez les jeunes garçons de10 à 19 ans en 2015:

Causes des décès

Nombre de décès
Accidents de la route 88590
Violence interpersonnelle 42277
Noyade 40847
Infections des voies respiratoires inférieures 36018
Comportements auto-agressifs 34650

 

 

Les5premières causes de mortalité chez les jeunes filles de 10 à 19 ans en 2015[8]:

Causes des décès

Nombre de décès
Infections des voies respiratoires inférieures 36637
Comportements auto-agressifs 32499
Maladies diarrhéiques 32194
Problèmes liés à la maternité 28886
  • Le processus suicidaire :

              Le processus suicidaire se définit en plusieurs étapes. Le processus suicidaire est la période qui sépare le moment où la crise survient. Dans la plupart des cas، le suicide n’est pas un geste spontané et l’acte de se donner la mort arrive après un processus qui peut s’écouler sur un temps plus ou moins long.

             Bien que le processus suicidaire puisse s’étendre chez certaines personnes sur plusieurs années، il est important de noter que l’impulsivité des jeunes peut accélérer celui-ci. Cela signifie que le délai entre le moment où le jeune pense au suicide et le passage à l’acte peut être،  parfois، très court. Voici les différentes étapes du processus suicidaire :

  • La recherche de solution :

Il y a d’abord  la recherche de solution. Le jeune est dans une période où il rencontre des difficultés qu’il n’arrive pas à surmonter. Cela peut être un problème à l’école ou un souci sentimental. Le jeune n’arrive pas à faire face à cela.

Nous savons qu’au fur et à mesure de notre existence nous avons tous acquis différentes compétences qui nous permettent de trouver des solutions et de faire face aux situations difficiles. Pour d’autres، l’éventail des solutions est restreint ou diminue parce que les solutions ne répondent pas aux besoins présents. À ce stade، l’idée du suicide n’a pas encore été envisagée ou très peu. Le jeune essaie essentiellement d’établir la liste des possibilités qu’il a، afin de se sentir mieux et atténuer ses souffrances.

  • L’idéation suicidaire :

C’est dans cette recherche de solution que le jeune va commencer à avoir des pensées suicidaires et morbides. La personne commence à s’y attarder plus longuement، à imaginer différents scénarios sans passer à l’acte mais celle-ci est en crise. La personne est considérée comme étant suicidaire. Les pensées suicidaires touchent environ 25% des jeunes scolarisés.

  • La rumination :

La souffrance devient de plus en plus insupportable et le jeune tente de trouver des solutions. Comme les solutions ne viennent pas، il commence à être épuisé et pense à la mort. L’idée suicidaire revient de plus en plus souvent. Tous ces sentiments provoquent une grande angoisse et un grand tourment chez le jeune.

  • Le désespoir:

Vient ensuite le désespoir. Le jeune peut tenter d’oublier sa souffrance à travers d’autres comportements néfastes telle la consommation d’alcool. Si ces comportements néfastes ne lui apportent pas un réel apaisement، le jeune va avoir à nouveau des idées suicidaires. Peu à peu، le suicide est considéré comme étant la solution à ses souffrances. En effet، pour les jeunes le suicide signifie la fin d’une souffrance. Beaucoup de jeunes utilisent l’expression « ôter le mal ».

  • La cristallisation :

Parvenu à cette dernière étape، le passage à l’acte est quasi imminent. La personne est submergée par le désespoir. Le suicide est considéré comme étant la seule solution à ses souffrances. A ce stade il y a généralement élaboration d’un plan précis. Par exemple la date، le moyen ou le lieu. On peut parfois observer une rémission spontanée de la crise suicidaire، soudainement il ne semble plus y avoir de problème. L’adolescent peut se sentir soulagé et donner des signes de mieux-être quand le suicide représente la solution définitive، car il possède maintenant un moyen accessible de mettre fin à ses souffrances.

Parvenu à cette étape du processus suicidaire، une coupure émotive des autres et un sentiment d’isolement sont souvent présents. Le suicide représente l’ultime tentative de reprendre le contrôle. Un événement précipitant survient، un problème s’ajoute et peut amener le passage à l’acte. Dans bien des cas un élément déclencheur peut précipiter le passage à l’acte.

C’est à ce moment-là qu’il est important de distinguer la tentative de suicide et le suicide complété.

  • La tentative de suicide et le suicide complété :

La tentative de suicide est un passage à l’acte suicidaire mais qui n’aboutit pas au décès. L’auteur devient une sorte de rescapé، ou plus couramment dit : un suicidant. La tentative de suicide est 30 fois plus fréquente que le suicide complété. Le suicide complété، ou abouti، c’est lorsque le jeune passe à l’acte et décède des suites de son geste. Les personnes qui réussissent leur tentative de suicide deviennent des suicidés.[9]

  • Evaluation du risque suicidaire:

Risque augmenté si :

-  pathologie psychiatrique associée ( mélancolie، dépression majeure، épisode délirant )

- antécédents personnels ou familiaux de tentative de suicide.

- existence d’un projet précis de tentative de suicide، d’idées obsédantes de mort.

- contexte relationnel ou familial difficile.

- adolescent et sujet âgé.

- maladie somatique associée grave.[10]

  • l’adolescent suicidant :

La tentative de suicide est une attaque du corps au cours d’un acte impulsif. Il s’agit généralement d’une tentative d’échapper à une situation vécue comme insupportable. Elle peut aussi constituer une tentative extrême de « maîtrise du corps en cours de sexualisation ».

L’adolescent suicidant (qui fait une tentative de suicide) n’a pas de profil de personnalité ni de pathologie psychiatrique définis. Le contexte pré suicidaire est souvent marqué par des changements récents ou des facteurs déclenchants qui doivent alerter : rupture relationnelle، décrochage scolaire، troubles du sommeil، accidents، plaintes somatiques، survenue ou majoration d’une consommation de toxiques. La connaissance des facteurs de risque et de ces éléments contextuels doit permettre :

  • d’évoquer le risque de passage à l’acte suicidaire ou le risque de récidive après un 1er geste .
  • d’en évaluer la gravité et le degré d’urgence.

Les conduites suicidaires modifient l’équilibre familial antérieur (« attaqué comme le corps ? ») et entraînent soit des remaniements positifs، soit une plus grande rigidité des mécanismes interactifs familiaux.

Deux éléments de la réaction familiale ont un impact favorable sur la prise en charge ultérieure : la capacité à reconnaître la gravité de l’acte (opposée à la banalisation) ; la capacité à reconnaître la souffrance psychique de chacun (opposée au déni de cette souffrance).

Cette double reconnaissance concerne l’adolescent، ses parents et l’équipe soignante. Dans les jours qui suivent le passage à l’acte، survient le plus souvent une amélioration symptomatique qui ne doit pas faire surseoir à la nécessité d’un suivi de l’adolescent et de sa famille à distance.

  • les principes de prise en charge :

Les principes de prise en charge et de prévention sont très liés. Les liens entre les trois situations : idéations suicidaires، tentatives de suicide et suicides sont forts et les grands principes de prise en charge sont :

  • l’hospitalisation des TS de l’enfant et de l’adolescent، quelle que soit sa gravité au plan somatique.
  • l’évaluation triple « somatique، psychologique et sociale ».
  • une prise en charge multidisciplinaire.
  • la faible utilisation de chimiothérapie à visée psychiatrique.
  • un suivi ultérieur organisé avec un réseau ambulatoire.
  • Prévention du suicide :
    • Prévention primaire :

Elle concerne les adolescents sans risque suicidaire immédiat mais avec facteur(s) de risque. La période de l’adolescence est une période de remaniements importants qui peuvent fragiliser et exposer à des prises de risques. Tout professionnel de santé travaillant auprès d’adolescents doit savoir repérer la souffrance psychique des adolescents et les facteurs de risque suicidaire. L’utilisation d’un guide d’entretien psychosocial type HEADSS est très utile.

Guide d’entretien psychosocial : HEADSS

Habitation Conditions de vie familiale
Éducation Scolarité
Activités Relations avec les pairs/Sport/Activités extrascolaires
Drug Consommation de toxiques
Sexualité Vie sexuelle et puberté
Suicide/Dépression Idées suicidaires/Antécédents de TS/ Signes de dépression

 

 

  • Prévention secondaire :

C’est la prise en charge du risque suicidaire avant sa concrétisation en acte. Dès l’idéation suicidaire، la prise en charge doit être organisée à partir du 1er médecin ou professionnel de santé qui a recueilli la plainte de l’adolescent. Cela nécessite une formation suffisante et une connaissance du réseau local d’aide et de soins pour les adolescents (services de santé mentale، Maisons des adolescents، etc.).

Les soins sont proches de la prise en charge des tentatives de suicide، avec souvent la mise en place d’un suivi psychologique ou psychiatrique et parfois la nécessité d’une hospitalisation face à la gravité du risque suicidaire.

  • Prévention tertiaire :

Elle doit éviter le risque de récidive suicidaire après un premier geste suicidaire، et donc le risque de mortalité par suicide à court ou moyen terme. Ceci nécessite de prendre en charge le risque vital initial، de savoir reconnaître le geste suicidaire، d’organiser la prise en charge avec (ou sans) hospitalisation initiale، et d’organiser le suivi ultérieur.[11]

Références :

  • Antoine Bourrillon، Grégoire Benoist، Christophe Delacourt، (2011)،Risque et conduite suicidaires chez l’enfant et l’adolescent، Collège National des Pédiatres Universitaires (CNPU)، Université Médicale Virtuelle Francophone.
  • Daniela Bozanic، le suicide et les jeunes
  • Djaoui Bentamara ،(2012)،contribution a l’étude des conduites suicidaires، thèse pour l’obtention du grade de doctorat en science médicales،
  • Durkheim،(2004)، le suicide، 12ème édition، Quadrige،
  • Estelle Botvinik، Michele Levy، Emmanuelle Monfeuillard .Clement Pinquier، (2000)، psychiatrie، Edition E S TEM. Paris.
  • Geopsy com، suicide et adolescence :description et prévention، psychologie interculturelle et psychothérapie،
  • Programme régional de santé Poitou-Charentes، suicide et dépression chez l’adolescent et l’adulte jeune، ce qu’il faut retenir،  le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité
  • http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs398/fr/
  • http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2017/yearly-adolescent-deaths/fr/

[1] Geopsy com، suicide et  adolescence :description et prévention، psychologie interculturelle et psychothérapie، paris، p7.

[2]Djaoui Bentamara ،(2012)،contribution a l’étude des conduites suicidaires، thèse pour l’obtention du grade de doctorat en science médicales، Oran، p10.

[3] Daniela Bozanic، le suicide et les jeunes،p3

[4] Durkheim،(2004)، le suicide، 12ème édition، Quadrige، Paris،p20.

[5] Programme régional de santé Poitou-Charentes، suicide et dépression chez l’adolescent et l’adulte jeune، ce qu’il faut retenir،  le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité،p23.

[6] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs398/fr/

[7] Djaoui Bentamara ،(2012)،contribution a l’étude des conduites suicidaires، thèse pour l’obtention du grade de doctorat en science médicales، Oran، p22-23.

[8] http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2017/yearly-adolescent-deaths/fr/

[9] Daniela Bozanic، le suicide et les jeunes، p11-12.

[10] Estelle Botvinik، Michele Levy، Emmanuelle Monfeuillard .Clement Pinquier، (2000)، psychiatrie، Edition E S TEM. Paris، p104.

[11] Antoine Bourrillon، Grégoire Benoist، Christophe Delacourt، (2011)،Risque et conduite suicidaires chez l’enfant et l’adolescent، Collège National des Pédiatres Universitaires (CNPU)، Université Médicale Virtuelle Francophone،p1-5.


Updated: 2018-03-26 — 21:43

أضف تعليق

JiL Scientific Research Center © Frontier Theme