La désintégration de la famille ses causes et ses répercussions négatives sur la société et sur les enfants


 

La désintégration de la famille

ses causes et ses répercussions négatives sur la société et sur les enfants

Dr. Yolla SAAB, l’Université Libanaise, Faculté de Pédagogie II, Beyrouth

 تفكك الأسرة  أسبابه وتداعياته السلبية على المجتمع وعلى الأطفال

   بحث نشر في كتاب أعمال المؤتمر الدولي المحكم حول التفكك الأسري الأسباب والحلول الصفحة  173

  الملخص:

يرتكز هذا البحث على اسباب  تفكك الأسرة وتأثيرها  على المجتمع. التحدي المتمثل في عملنا هو البقاء على تعريف هذا المفهوم وأسبابه وتداعياته السلبية التي يمكن أن تؤدي إلى الانحلال الأخلاقي على المجتمع وعلى الأطفال.تم تطوير مفاهيم مثل، اهمية الأسرة  ووظائفها Dr. Yolla SAAB  ،  تفكك الأسرة ،   تداعيات هذا التفكك ، دور الوساطة الأسرية   ، دور الوالدين، دور المدرسة، ودور الدولة.

وبالتالي ، فقد ذكرنا إشكالية بنيت حول الأسئلة الأساسية ، وهي:

كيف وصلنا إلى هذا التغيير؟ هل نعمل من أجل التماسك الأسري؟ هل يستطيع نظام التعليم تغيير المجتمع؟

بعد هذه الأسئلة المختلفة ، سمحت لنا أفكارنا الأولى بإثارة مشكلة أساسية:

“إلى أي مدى يمكن للتعليم أن يساهم بشكل فعال في تعزيز أو إعادة بناء تماسك الأسرة ومنع التفكك؟ “

تحدثنا عن أهمية الأسرة ، في محورها الأساسي يتعلم الفرد  أن  يزرع فضائل التضامن.

الأسرة هي العمود الفقري للمجتمع يمكن أن توفر مكانا للسلامة. لكنه في بعض الأحيان مجال من المعاناة ينتهي في الاضمحلال. العديد من العوامل تختلط مع بعضها البعض:

يتمحور  عملناعلى أسباب تفكك الأسرة, و تداعياتها  على المجتمع والأطفال. وجمعنا أهم العوامل:العوامل الاقتصادية، الاجتماعية ،العائلية، العوامل الثقافية ،العاطفية ،النفسية ووسائل الاتصال الحديثة.لقد أوضحنا دراسة أجرتها الإدارة المركزية للإحصاء في لبنان، معدل الزواج والطلاق في لبنان بين عامي 2005 و 2016.

عدد كبير من الطلاق يزداد خلال هذه السنوات. على  ضوء هذه الإحصائية ، وجدنا أن “أطفال الطلاق” يواجهون العديد من الصعوبات ، بدءا من الاكتئاب ، إلى السلوك العدواني ، من الانحراف إلى الفشل الأكاديمي.

من أجل دمج الطفل في المجموعة الاجتماعية، حددنا  طرقا جديدة للحلول التي يمكن أن تكون مفيدة لحل هذه المشكلة  التي بدأت في غزو المنازل بطرق مذهلة و بالتالي يمكن أن تكون مفيدة لحل هذه المضاعفات الضارة.

سلطنا الضوء على دور المدرسة التي يجب أن تركز اهتمامها على مجموعة القيم ، وهذا المكان التعليمي له دور رائد في هذا المجال. التعليم هو قطاع رئيسي لتنمية الفرد ، وينبغي اعتباره الاستثمار الأكثر أمانًا على المدى الطويل.

كما   ركزنا ايضا على دور الاهل  لتعزيز علاقاتهم وحل مشاكلهم عن طريق التفاهم والابتعاد عن الوحشية لتجنب العنف، لأنه لا يحل المشاكل بل على العكس ، فإنه يضاعف ويعقدها.

أظهرنا أهمية لوسيط الأسرة للمساهمة في خلق حوار واتصال فعال بين الطرفين. وأخيرا  أثبتت ملاحظاتنا أن هذه المشكلة التي أثيرت سمحت للفرد بالثورة ضد المجتمع وتهميش القيم. لهذا نطرح السؤال التالي :

ماذا سيكون مصير المجتمع إذا دعمت الدولة وثبتت مشروعًا  تربويًا على المستوى الوطني من أجل إنشاء القيم الإنسانية؟

صرخات مزعجة أطلقها مجتمع الغد: “دعونا ننقذ تماسك الأسرة لتأمين مستقبل الأجيال القادمة”.    

                Résumé

 « L’union fait la force », dit-on. Telle est l’opinion de certaines familles. Réussir  sa vie,   c’est   avant tout réussir sa vie familiale.

  C’est dans la réalisation d’une éducation bonne et véridique que réside le grand mystère de la vraie perfection de la nature humaine.

L’union familiale influencée  par le développement technologique a produit plusieurs transformations qui ont affecté le tissu de la société.

Cette recherche est axée sur la désintégration de la famille. L’enjeu de notre travail est de se tenir sur la définition de ce concept, ses causes et ses répercussions négatives qui peuvent mener à la déchéance morale sur la société et sur les enfants. De même, nous envisagerons des solutions permettant de remédier à  ce problème qui a commencé à envahir les familles de façon surprenante

Notre intervention portera un regard axé sur un côté  pédagogique se rapportant au troisième thème de ce congrès : « La  désintégration de la famille ».

                                                                               

« La famille, c’est comme les branches

d’un arbre ; nous grandissons tous

dans de différentes directions,

mais nos racines sont les mêmes.»

 

  1. Introduction

         La famille est la cellule de base de toute société humaine et c’est en son axe pivotant que l’individu apprend à demeurer ensemble, à naître et à cultiver la vertu de la solidarité. C’est une école de moralité puisqu’elle se reflète comme une communauté affective, spirituelle et intégrale.

   André Gide considère la famille comme une valeur, comme une réalité.

      Cette réalité s’impose partout dans le monde, quel que soit le système social. La manière de former  une famille et la signification que recouvre ce concept varient selon les sociétés, leurs coutumes et leurs valeurs.

     La famille structure et récapitule les idées, maintient  les chaînes d’appartenance, de collaboration, de partage et d’harmonie qui relient l’individu au groupe. Cette évidence  lui permet de bénéficier de diverses solidarités. (MPASE, 1974).

Ces différentes conduites expriment, toutefois, l’amour ou la volonté d’un couple de s’engager socialement, de vivre et de se comporter selon les modèles (sociaux) produits par cette société.

       Nul doute que c’est dans la famille que l’enfant  apprend déjà la vie en communauté, l’amour,    la fraternité, la générosité, la discipline, le développement  du caractère ou l’éveil de la personnalité. L’union familiale influencée  par le développement technologique a contribué à des  transformations qui ont affecté le tissu de la société.

Comment en est-on arrivé à cette modification ? Travaille-t-on pour la cohésion familiale? Le système éducatif pourrait-il modifier une société ?

 Suite à ces différentes interrogations imposées nos premières réflexions nous ont permis de soulever  une problématique de base :

« Dans quelle mesure l’éducation pourrait-elle contribuer de manière efficace à  renforcer ou à reconstruire la cohésion familiale  et à prévenir la désintégration ? »

         Notre étude vise à analyser les répercussions  négatives qui pourraient mener à la déchéance morale sur la société et sur les enfants. De même, nous allons dégager de nouvelles pistes de solutions admettant de remédier à  ce problème qui a commencé à envahir les maisons de façon étonnante.

  1. La famille: définition de ce concept

   Selon l’Institut VANIER de la famille (1994:10),

« La famille se définit comme toute association de deux personnes ou plus liées entre elles par les liens de consentement mutuel, de la naissance ou par l’adoption et qui, ensemble, assument la responsabilité de diverses combinaisons de certains des éléments suivants :

  • entretien matériel et soins des membres du groupe;
  • l’association de nouveaux membres par le biais de la procréation ou de l’adoption;
  • la socialisation des enfants;
  • le contrôle social des membres;
  • la production, la consommation et la distribution de biens et de services;
  • la satisfaction des besoins affectifs. »
  1. Les fonctions de la famille

   La famille remplit des fonctions essentielles pour la société et ses membres. La société telle que nous la connaissons serait tout simplement inimaginable sans elles.

  • La fonction sociale

C’est la famille qui favorise  l’intégration primaire des individus dans toute société.

C’est le premier lieu de socialisation de l’enfant ; sa fonction est essentielle à la constitution de l’identité sociale.

 On grandit en dehors de la famille dès le très bas âge et dispose de beaucoup d’insuffisances d’intégration sociale. Cependant, cette fonction des solidarisations est de plus en plus exécutée par des institutions telles que l’école, des crèches, les médias (Instagram. Facebook, TV…etc.)

  • La fonction identitaire

Toute personne n’est suffisamment connue qu’à travers sa famille. De ce point de vue, nous estimons que la connaissance des noms de ses parents, est nécessaire pour s’assurer de son identité.

  • La fonction affective

 La famille est un lieu de solidarité où s’expriment généralement l’affection, le partage des  ressources disponibles, l’entraide même si dans notre société la concurrence règne.  Au sein de la famille, la culture de l’amour, est inlassablement conseillée.

Ceci n’empêche nullement les notions de conflits d’ajustement et de rupture de se développer car cette fonction de protection implique généralement une série de contrainte.

Inopportunément, les valeurs de la famille dont nous avons été éduquées, ont subi un changement remarquable. Les fonctions familiales mentionnées  à l’instant ne demeurent plus les mêmes dans notre société actuelle. Les qualités sociales des enfants, dont la famille favorise leur développement et la stabilité se sont transformées d’une façon négligeable.

Dans une société où l’image de soi est très perçue, de nombreux  adolescents s’engagent dans cette mode. Les réseaux sociaux  jouent un rôle majeur dans ce changement vécu actuellement. La société libanaise est une des populations qui s’engagent de plus en plus chaque jour. Par conséquent, les medias s’envahissent d’une manière flagrante. Presque tout le monde devient au courant sur l’internet, citons Instagram et Facebook les plus connus, qui ont influencé négativement la société actuelle. Comment donc les réseaux sociaux ont changé l’union familiale ?

Quel que soit leur âge, parents ou enfants, passent des heures se déplacer de site en site en explorant toutes les pages des fameuses personnes. Ceci a provoqué l’envie  d’être connu sur ses réseaux. La perception de soi devient considérable. Chaque membre dans la famille est occupé à refléter son image de soi à laquelle il aspire occuper dans sa communauté. En addition, le show –off devient de plus en plus flagrant et contagieux dans son peloton. Chacun se soucie d’être le préférable sur les Web et de publier les meilleures photos de soi-même.

 Selon Laura Schlessinger, docteur Americaine, « les réseaux sociaux ont remplacé les relations intimes qui avaient lieu au sein des familles » (2018). Cette mode risque de remplacer les vraies interactions familiales. Même si les medias soutiennent les relations entre les individus sous le nom de « chatting », cela ne peut jamais suppléer les conversations dans la vie réelle entre deux personnes.

L’agence de socialisation des individus, a rencontré des mutations qui mettent  en péril la cohésion familiale en brisant les liens qui unissent les membres   pour atteindre finalement  la dégradation des valeurs  sociales. Ces fonctions que nous venons de clarifier et illustrer leur efficacité pour que les familles se maintiennent vivantes, se régressent dans notre société au Liban.

  1. La désintégration de la famille : Définition de ce concept

La désintégration de la famille et la perte des valeurs morales et éthiques dans les sphères familiale et communautaire. (Dictionnaire de pédagogie .Bordas, 2000)

“Elle est le symptôme de la destruction du tissu social et familial et de la disparition des valeurs et des références communes due à la complexification de la société.” (Agence Télégraphique Suisse 1993-1995 “Dépêches de presse de l’agence SDA-ATS.

  1. Les raisons remarquables de la désintégration familiale

         La famille est le pilier de la société. Elle pourrait  offrir un lieu de sécurité. Mais elle  est parfois   un terrain de   souffrance  qui aboutit à  la déchéance.

     Le problème est l’un des plus grands obstacles qui ont dernièrement envahi nos foyers. Que l’on soit dans les pays occidentaux ou  orientaux cette fatalité touche de nombreuses familles.

Il s’agira d’expliquer la désintégration de la famille, ses causes, son impact sur la société et les enfants et les pistes de  solutions possibles. De vraies raisons conduisent à la propagation de ce   phénomène et nous avons rassemblé les raisons les  plus importantes :

  • Les facteurs économiques: le facteur économique est responsable de certains types de ruptures comportementales telles que le fait d’éviter au chef de famille d’assumer ses responsabilités .ceci peut conduire à la perte des valeurs au sein de la famille
  • Les facteurs sociaux moraux et familiaux: Ils sont basés sur les valeurs, les croyances et les supports éducatifs qui peuvent être dirigés.
  • Différences de points de vue au niveau de la socialisation.
  • Conflits de rôles entre les époux.
  • Infidélité de l’un d’eux et impact sur toute la famille – perturbation des tendances, coutumes, traditions et valeurs.

            On accorde la cause des conflits familiaux aux difficultés de communication entre les parents ; la déclaration de l’échec de la vie privée et l’un des graves problèmes qui tourmente la particularité familiale. L’absence de valeurs supérieures est l’une des causes.  Les parents semblent n’avoir d’autre but dans la vie que de profiter de tout plaisir à portée de la main.

Figure 1. Deux graphes montrant le taux de mariage et de divorce au Liban entre 2005 et 2016.

   Cette étude est conduite par l’Administration centrale de statistiques au Liban. Même si le taux de mariages s’évolue, un nombre non négligeable de divorce augmente d’une façon remarquable durant ces années. En 2006, le Liban a vécu 4388 cas de divorce. Cette valeur s’est aggravée  en 2009 pour atteindre 5957 cas. En 2015, le nombre progresse afin d’arriver à 7503 cas de divorces, soit une différence de 1546 cas.

       A la lumière de cette statistique, nous signalons trois  cas de couples, ayant  divorcé suite à un  vécu de  violence physique et morale reconnue  au Liban  sous le titre de « Violences Conjugales: Etude Comparative entre Liban, France et Canada » (2009).

        Le premier cas  est celui de Souad qui a divorcé ayant une fille et un garçon. Cette femme a vécu de moments horribles avec son mari alcoolique qui la fait souffrir. A chaque fois qu’elle demande le divorce, son mari la menace de la priver de ses enfants.

       Le second cas est ce celui de Thérèse qui déclare « Mon époux m’a interdit plus tard de voir ma fille, et il a commencé par me frapper parce ce que j’ai accouché une fille et non pas un garçon ».

      Le troisième cas  est celui d’une femme ayant cinq enfants insista pour obtenir le divorce. Elle  a souffert  d’être battue d’une façon continue, avec ou sans raison.

Vu le cas de ces trois  couples, nous pourrons dire que les « enfants du divorce » sont confrontés à de nombreuses difficultés, allant de la dépression, aux comportements agressifs, de la délinquance à l’échec scolaire, etc. Nous pourrons dire que les enfants sont victimes de cette violence.  Ils sont  touchés par des troubles du comportement qui peuvent se manifester sous forme d’agressivité.

 La paix en famille est le principe fondamental que l’enfant apprend durant son développement. Que pouvons-nous attendre des enfants qui ont été victimes de violence dès leur naissance?

  • Les facteurs émotionnels et psychologiques: il s’agit d’un  tremblement affectif entre le couple, cette insécurité est l’un des types les plus risqués de la désintégration familiale.
  • Les facteurs mentaux: le niveau de pensée et les différences entre les conjoints peuvent provoquer des problèmes graves.
  • Les facteurs culturels: le faible niveau culturel, au sein de la famille entraîne l’intégration des enfants par des valeurs indésirables qui provoquent de nombreux problèmes familiaux.

          De même la différence de culture et des valeurs peut conduire à des  pressions au sein de

            la  famille. (DUMONT, F, 1956)

  • Les communications modernes

                    Plusieurs chercheurs avaient par la suite signalé le fait que la famille avait “perdu” dans   le contexte de la société moderne ses  fonctions fondamentales, notre manière de communiquer a complétement changé.

  Malgré les nombreux avantages que nous procurent les communications modernes, c’est l’une des causes de la désintégration de la famille. En effet, le fait qu’un homme excessif s’y consacre la plus grande partie de son temps libre au suivi de la communication moderne a conduit à oublier ses responsabilités et ses devoirs envers sa famille.

C’est ainsi que la modernisation a  entraîné l’isolement de la famille, et donc la réduction du rôle de la parenté. Dans la mesure où les sociétés contemporaines se transformaient, la structure et les fonctions de la famille subissaient, elles aussi, des changements notables.

En fait, lorsqu’on examine ces changements de près on se rend compte qu’il s’agit moins d’une perte de fonctions.

  • Le statut économique de la famille

                    La détérioration de la situation économique, peut conduire  à un état de désintégration .Les bien aisés trouvent l’argent le seul but de leur  existence.Ceux sont l’état est défavorable ont recours  à des moyens illégaux pour satisfaire leurs besoins.

  1. La diversité de cette dégradation

La dégradation familiale peut être divisée en deux types:

  • La dégradation directe de la famille: elle est liée aux familles qui ont connu une désintégration importante, que ce soit par divorce ou par le décès d’un parent.

           6.2. La dégradation indirecte de la famille : Les familles vivant sous un même toit, souffrant de l’absence communicative entre elles, communiquant également entre elles, sont également ciblées comme  type de désintégration de la morale.

  1. Les répercussions de cette détérioration

Époque de modernisation, problème économique, explosion démographique, tant de facteurs qui se mêlent les uns aux autres, et ont des répercussions sur la société sur les enfants.

        7.1.  Les répercussions de cette détérioration sur la société

                    La désintégration de la famille affecte beaucoup des bonnes valeurs de la société, ainsi    que les concepts d’affection, de coopération, de pardon et d’aide aux autres.

    Cela engendre également une grande frustration chez l’individu, ce qui lui fait reprocher à la société; pour ne pas l’aider à mettre un terme aux conditions qui ont conduit à la désintégration de sa famille, nous trouvons l’individu rebellé contre les valeurs de la société que sont l’amour, l’amour, le respect, la coopération et l’assistance.

      7.2. Les répercussions de cette détérioration sur les enfants

                    Les enfants sont souvent victimes de la désintégration de la famille et des mauvaises relations entre les conjoints, nous allons présenter ici les effets négatifs de la désintégration de la famille sur les enfants:

L’un des enfants pourrait  avoir recours à des sources externes non désirables et interdites

 La désintégration de la famille mène les enfants à vivre  dans un état de trouble et d’anxiété constant. L’absence de protection perd constamment l’aisance de l’enfant et cause l’insécurité et laisse en outre passer un certain nombre d’agression.

A la suite d’un divorce, la désintégration de la famille peut engendrer l’agressivité et mener  à des déchéances psychologiques susceptibles de provoquer des troubles de la personnalité.

L’enfant aura une image négative  sur ses capacités, se sent toujours inferieur et  n’assume pas ses responsabilités. De même, il se sent abandonné, incapable d’assumer la moindre responsabilité d’adultes, et  ceci pourrait conduire  à la douleur et à une profonde tristesse.

8- Le rôle de la mère dans la société

Le rôle de la femme dans la société n’est plus à confirmer, elle est considérée comme le miroir de la société. Son rôle ne se limite désormais plus à celui d’épouse et de mère de famille. Elle est devenue  de plus en plus active. La libération dans la société moderne est un signe de modernité; elle met en avant des valeurs positives pour s’opposer à la servitude. Elle peut valoriser son importance comme créatrice et reproductrice. Dans une société de consommation, la quantité est toujours la plus valorisée. « Elle se base sur la multiplication des produits à consommer et, par conséquent, sur la création de nouveaux besoins et désirs». Dans ce concept, la position de la femme dans notre société actuelle a évolué remarquablement. Elle représente donc un agent de développement et de changement.  Elle devient très active et subit des investissements dans l’économie. En outre, on rencontre plus fréquemment des femmes ayant des postes élevés notamment des médecins, des ingénieurs…etc.

En effet, la femme qui travaille, jouit d’une indépendance, et s’occupe  de son épanouissement personnel. Elle apporte en outre un réconfort moral et matériel à sa famille. Elle aide son mari dans la prospérité du foyer et s’investit dans la réussite de l’entreprise.

En contrepartie, elle paie de son confort personnel, vit des pressions au sein de son foyer, et enfin subit les tensions et conflits du travail en groupe. La femme joue pareillement un rôle considérable dans l’éducation des enfants. Désormais, la croissance de la femme dans la société aurait pu affecter l’environnement familial. Elle est dans un cercle vicieux qui ne lui laisse pas le temps de s’occuper de ses enfants. Mais cela implique un double effort, qui épuise la femme et augmente son stress. Selon SAVI, G.D, l’absence de la maison donne libre coup aux enfants de faire ce qu’ils veulent. Ces enfants développent des vices comme le mensonge, le vol. Ainsi, l’absence de la mère dans la famille affecte négativement le développement des enfants. Notons l’exemple des enfants qui de retour de l’école se retrouvent seuls et souffrent de plusieurs cas comportementaux ou de santé : mauvais comportements, problèmes concernant la santé, échec à l’école, absence d’autonomie sont les conséquences principales liées à cette absence. Cela est aussi justifié par Dagbégnon en tant que liberté à la maison. (SAVI, G.D, 2009)

  1. Le rôle de la médiation familiale :

 Selon le Conseil National Consultatif de la Médiation Familiale, « la médiation familiale est un processus de construction ou de reconstruction du lien familial axé sur l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées par des situations de rupture ou de séparation dans lequel un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision » (2002).

La médiation familiale est reliée à la notion de cadre.  C’est un support qui réunit les différents constituants d’un ensemble; la famille .Clair Denis, une médiatrice familiale, cite dans son ouvrage intitulé  « la médiatrice et le conflit dans la famille », que « la notion de cadre est essentielle en médiation comme dans toute démarche scientifique : le cadre est, en effet, le contenant stable, neutre, fait d’éléments constants, de présupposés fixes, qui permet d’explorer un contenu variable et l’expérience en mouvement » (2010).

   Le médiateur familial est alors un expert neutre qui a pour but de contribuer à la naissance d’un dialogue et d’une communication efficace entre les parties.

     La «  médiation » conduite, pourrait aider dans une telle situation. Elle offrirait aux élèves un espace pour discuter des problèmes. Ils  entrent en contact avec les premiers processus de la socialisation, d’intégration sociale primaire : ils apprennent à se comporter, à vivre, à produire, à s’adapter, aux normes sociales, à gérer les biens mis à leur disposition.

  1. Recommandations

       La désintégration de la famille est une maladie de la société et un traitement est nécessaire Quand les conditions favorables et nécessaires au développement de l’enfant ne sont pas réunies, Nous vous proposons ici quelques procédés qui peuvent être utiles pour résoudre ce  problème néfaste:

10.1. Le rôle des parents :

  • Les parents devraient s’efforcer de consolider leurs relations et de résoudre leurs difficultés par la compréhension et le dialogue  loin de la brutalité pour éviter la violence, car elle ne résout pas les problèmes mais au contraire, elle les multiplie et les complique.

Ils devraient  apprendre  à réguler leurs émotions pour sortir de la situation par tous les moyens.

  • L’existence de parents émotionnels, psychologiques, spirituels et physiques chez les enfants et l’encouragement pour connaître les problèmes des enfants, ainsi que leurs inquiétudes et leurs besoins.

La mise en place de la communication affective et l’encouragement pour connaître les problèmes des enfants, ainsi que leurs inquiétudes et leurs besoins.

Le psychologue pourrait  aider la famille à remettre la question sur le tapis en offrant du soutien aux parents afin de sortir de l’impasse.

L’amour doit être vécu dans les foyers avec des parents aimants et responsables qui reconnaissent la dignité, la grandeur et l’exigence de leurs tâches.

  • Les parents devraient être un bon exemple de leurs enfants dans tous les domaines.

Ils ne  devraient  pas hésiter de les surveiller, les sensibiliser à être responsables au moment des erreurs.

Ils ont une mission éducative :

  • Transmettre les valeurs
  • Contribuer au bien commun
  • Développer les vertus sociales
  • Grandir dans la liberté et la responsabilité

Le renforcement de  la conscience morale dans le cœur des enfants et leur  éducation  correcte.

A prendre en considération la mise en garde suivante :

Ne pas hésiter pas à chercher de l’aide pour essayer de garder le contact avec vos enfants.

Il n’est jamais trop tard pour reprendre contact avec l’autre parent ou pour faire appel à une aide extérieure afin d’éviter l’escalade du conflit.

Ils  auront à donner à l’institution familiale un nouveau visage.

À chaque famille qui s’éteint, c’est une force sociale qui se perd. « Lucien Arréat »

10.2. Le rôle de l’état :

L’État joue un rôle majeur dans la sensibilisation à l’importance de la cohésion familiale et d’une éducation adéquate par le biais de cours bénévoles, de publicités et d’émissions de télévision. Le gouvernement doit faire un effort qui vise à  renforcer la capacité de la famille à gérer efficacement le stress et les crises  permettant d’améliorer le sort de plusieurs familles.

L’état doit aider la famille à assumer sa fonction.

  • Le rôle de l’école 

    Nelson Mandela, le premier président de la République d’Afrique du Sud déclare : « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde ». L’éducation demeure un moyen bénéfique par lequel l’enfant peut s’en servir pour transformer une société.

          Les stratégies d’intervention qui sont menées par les institutions contribueront à favoriser la réinsertion sociale et familiale.

Les institutions d’éducation seraient responsables de procurer des programmes qui répondraient  aux besoins de la population.

Assurer des spécialistes  capables  de fournir  un accompagnement concret dans les écoles, s’efforçant de discuter et résoudre les difficultés des élèves. Nous pouvons garantir la survie de la famille en offrant du soutien, de l’enrichissement et de l’encouragement.

Certains enfants n’ont pas bénéficié d’un environnement familial favorable à leur développement

      Grâce à l’amour, à l’éducation et à l’autorité bien appliquée l’école  demeurerait  le lieu où la sécurité, la paix et aussi la liberté permettraient aux enfants, de se retrouver dans la joie.

  Elle va construire l’enfant en tant que futur citoyen en lui transmettant le système des valeurs de

 la société,  sa morale, ses règles de fonctionnement. Tous les outils qui sont nécessaires à

l’acquisition de son autonomie.

        Par la socialisation, l’école répond à une attente sociale forte,  donner aux esprits les clés   de l’exercice de leur citoyenneté est une mission de l’institution.

  • Sources communautaires : soutiennent de même la gérance de ce conflit :

Les mass-médias jouent également un rôle important dans l’éducation de la famille et de la société par le biais de programmes éducatifs et sociaux.

  • Les institutions du Ministère de la santé devraient proposer divers programmes concernant l’aspect hygiénique de familles, liées à des maladies physiques et mentales.
  • Les organismes de bienfaisance devraient contribuer à la résolution des problèmes liés à la désintégration de la famille, telles que l’assistance matérielle.
  1. Conclusion

  Un état vital social sinéquanon :

                  Nos enfants ne sauraient, grandir  qu’à  travers la famille. La famille: Un pôle éducatif à ne pas négliger. Une intervention ciblant la famille, noyau de base de la socialisation, conduira à résoudre contre la racine du problème.

Notre recherche  a mis en lumière les facteurs qui conduisent à la désintégration familiale  et à quel point  ce fléau affecte les bonnes valeurs de la société, ainsi que les concepts d’affection et de coopération. Nous avons aussi illustré  les répercussions de la désintégration familiale sur les enfants, qui sont souvent  dans un état de trouble, d’anxiété, de malaise et d’insécurité.

De  même nos constats ont prouvé que ce problème soulevé a permis à l’individu de se révolter contre la société et la marginalisation des valeurs.

En effet, la famille est une communauté morale. Sa cohésion facilite plusieurs normes  que ne saurait réaliser un individu seul .Pour cela, elle  devrait être observée en tant que système social qui donne naissance à la vie, solidifie les liens sociaux et prône la cohésion sociale.

En vue d’intégrer l’enfant dans le groupe social, nous avons  proposé quelques procédés qui pourraient  être utiles pour résoudre cette  complication nuisible:

Nous devrions  aussi en tant qu’universitaires d’insister sur le rôle de l’école qui devrait focaliser  son attention sur l’ensemble des valeurs .Ce lieu éducatif  à  un rôle moteur dans ce domaine .En outre, il faudrait reconnaître que l’éducation est un secteur clé pour le développement de l’individu .Elle devrait être considérée comme l’investissement le plus sûr à long terme.

 Il serait  donc impératif d’aborder l’enseignement civique au sein des écoles et des universités qui accorderaient une importance à la cohésion familiale car c’est elle qui initie et conduit les premiers pas de l’individu humain pour mieux tisser les liens sociaux.

 La socialisation demeure ce processus par lequel une société transmet ses normes et ses valeurs à ses membres.

 La famille connait du déséquilibre qui se manifeste par les angoisses.

Quel serait le sort de la société dans le cas où l’Etat prônerait et installerait un projet éducatif sur l’échelle nationale permettant la mise en place des valeurs humaines ?

 

Cris alarmatiques lancés par la société de demain :

« Sauvons la cohésion familiale pour garantir l’avenir des générations futures ».

 

 

 

 

  1. Références bibliographiques

         Ouvrages

  • ABDUL KARIM, Adnan., Mariage et famille: analyse psychologique et sociale des relations familiales, 1995
  • ARIES, P., L’enfant et la vie familiale sous l’ancien Régime, Paris, Seuil, 1973
  • ATTIAS-DONFUT et, SEGALEN, M., Le nouvel esprit de famille, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • ATTIAS-DONFUT, C. et SEGALEN, M., Grands-parents, la famille à travers les générations, Odile Jacob, Paris, 1998
  • BAWIN-LEGROS, B., Le nouvel ordre sentimental : à quoi sert la famille aujourd’hui ?, Paris, Payot, 2003
  • CHERLIN, Mariage, Divorce, Remariage, Cambridge, Harvard University Press, 1992ujourd’hui ?, Paris, Payot, 2003.
  • COMMAILLE, J., Misères de la famille, question d’Etat, Presses de Sciences Po, Paris, 1996.
  • DURKHEIM, E «Introduction à la sociologie de la famille» Extrait des Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux, 10, 1888, pp. 257 à 281, Lire en ligne([PDF], 24 pages de 148 KB)
  • DURNING, P., L’éducation familiale : acteurs, processus et enjeux, PUF, 2000
  • KELLERHALS, J. et MONTANDON, C., Les stratégies éducatives des familles. Milieu social, dynamique familiale, et éducation des pré-adolescents, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1991
  • R, La solidarité familiale : une question morale ? sociologue, professeur des universités à l’université de Paris-I (Panthéon-Sorbonne) et directeur du Centre de sociologie européenne (cnrs/ehess).
  • MPASE, M.M, L’évolution de la solidarité traditionnelle en milieu rural et urbain au Zaïre, Kinshasa, PUZ, 1974

 

         Dictionnaires

  • BOURRICAUD, B., Dictionnaire de sociologie, 1èreédition, Paris, PUF, 1982
  • Dictionnaire français-français en ligne traduction “désintégration de la famille”.
  • FERREOL, G., et al. Dictionnaire de Sociologie, Paris, Armand Colin, 1991
  • LEGENDRE, Renald. 1988, Dictionnaire actuel de l’Éducation, Paris-Montréal: Larousse, 680 p.
  • Dictionnaire de pédagogie .Bordas, 2000.

 

          Périodiques:

  • DUMONT, Fernand “Les causes de la désintégration familiale : les facteurs socio-culturels”, in, IVe Congrès Caritas Canada, (Section française) ,1956.
  • Fondation Mohammed V pour la solidarité. La Fondation en bref, [En ligne]. Adresse URL : http://www.frn5.ma/fondation (

Ministère du développement social de la famille et de la solidarité. Promotion des droits de l’Enfant. [En ligne]. Adresse URL : http://www.social.gov.ma/fr/index.aspx?mod=2&rab=9&srab=107

Bayti. Projet Famille d’accueil, [En ligne]. (17.06.2009). Adresse URL: http://www.Bayti.ma/spip.php7article40

  • BORBALAN .C. Eduquer et Former, Editions Sciences Humaines (n°70, mars 1997.
  • N., « Comment leur donner confiance ? » in Le Monde de l’Education. Septembre 2006. N° 350.

           Recherches

  • DENIS, C., La médiatrice et le conflit dans la famille. Toulouse: Ères. 2010.
  • Ministère du développement social de la famille et de la solidarité. Promotion des droits de l’Enfant. [En ligne]. Adresse URL : http://www.social.gov.ma/fr/index.aspx?mod=2&rab=9&srab=107
  • MORSI I. -Relations conjugales et santé mentale, 1411 e
  • NASR, R., Les violences conjugales : étude comparative entre Liban, France et Canada. 2009.
  • NASA ALWAN, A., Élever des enfants dans l’islam, 1403 AH.
  • Rédaction, L. (2018, October 11). L’impact des médias sociaux sur les relations familiales. Retrieved from https://www.innovationstory.fr/culture/limpact-des-medias-sociaux-sur-les-relations-familiales/
  • SAVI  G, Femmes fonctionnaires et éducation des enfants, Université d’Abomey alavi (Bénin) – Maitrise sociologie anthropologie 2009
  • Sella Fédération Nationale de la Médiation Familiale FENAMEF au 02.31.46.87.87 http://www.mediation-familiale.org
  • Images de la femme dans la société, Avec le soutien de la DG Culture – Éducation permanente du Ministère de la Communauté française Edition 2008.

https://questionsante.org/assets/files/EP/images_femme.pdf


Updated: 2019-01-08 — 13:22

أضف تعليق

JiL Scientific Research Center © Frontier Theme